LA PAIX EST LE PLUS GRAND BIEN DE L’HOMME DANS SA VIE EN SOCIÉTÉ.

Ne perdez jamais de vue que la paix est le plus grand bien de l’homme dans sa vie en société. Cela est d’autant plus vrai qu’en l’absence de la paix, les droits humains sont ignorés ou méprisés, la recherche des intérêts particuliers prévaut sur l’intérêt général. Il n’est par conséquent exagéré de faire observer que la paix c’est d’abord le droit à la vie qui est inviolable. La paix c’est ensuite le droit de participer; c’est la raison pour laquelle dans un pays qui se veut en paix, l’une des exigences incontournables la gestion participative  qui implique pour tout citoyen de participer à la vie politique et à la gestion des affaires publiques. D’où l’importance de la décentralisation ou du fédéralisme.

La paix, c’est aussi le rejet du tribalisme  ou des replis identitaires. On ne le sait pas ou on le sait très peu, le seul fait d’appartenir à un groupe ethnique ou linguistique ou alors  à une région, ne doit en aucun cas être considéré comme un obstacle dirimant ou prohibitif  à l’épanouissement ou à l’intégration d’un citoyen. Force est de relever pour le déplorer que le tribalisme met en péril la paix et la poursuite du bien commun. Il compromet le dialogue constructif entre différents groupes ethniques. La paix c’est par ailleurs le droit au savoir.

Le droit à l’exercice du pouvoir ne va pas sans le droit au savoir; c’est pourquoi il est nécessaire avant tout de pourvoir à  l’éducation appropriée de ceux qui se présenteront plus tard sur la scène politique. Il en découle que l’éducation et la formation professionnelle doivent être au premier rang des thématiques développées dans les projets de société des candidats à la  Présidentielle 2018. La paix c’est enfin le droit au travail, le droit aux soins de santé de qualité, le droit à la sécurité sociale,  le droit à un logement décent dans un environnement sain, le droit pour le citoyen ordinaire d’avoir à sa disposition les moyens de  transport public modernes, rapides et à moindre coût, le droit aux infrastructures de pointe. Mais à la vérité, dans une République qui privilégie le bien être du citoyen, le droit de la paix doit être consacré car la reconnaissance de ce droit assure le respect de tous les autres droits. Cela implique que lorsque cette paix s’en trouve menacée dans un pays, les autorités doivent impérativement éviter le recours à la violence ou à la force. Le meilleur moyen de règlement des conflits sociaux ou politiques est le dialogue qui peut être mené soit directement entre les protagonistes soit indirectement au moyen d’une médiation nationale ou internationale.

Il est donc temps pour nous de promouvoir la culture de la paix qui intègre le respect scrupuleux des droits humains, le recours au dialogue comme moyen de règlement des conflits et surtout l’observation à la lettre des piliers de la gouvernance sociale. Telle est d’ailleurs la préoccupation majeure du Bâtonnier AKERE TABENG MUNA qui sollicite nos suffrages pour conduire notre pays à la mise en place d’une Nouvelle République dans laquelle la paix règnera de manière inébranlable, où le Gouvernement aura peur de vous et où vous n’aurez pas peur du Gouvernement.

Par  Me Simon Serge KACK KACK

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire